Emploi

salle emploi

© CCIMBO

Embellie confirmée

Après des signaux encourageants ces deux dernières années, la reprise de l’activité économique se confirme en 2017. Le recul des défaillances d’entreprises et la progression des créations a permis au parc d’établissements finistériens de se densifier. Le nombre de demandeurs d’emplois a légèrement augmenté mais le taux de chômage est en baisse.

En 2017, le nombre d’entreprises créées en Bretagne continue de progresser (+ 3,4 %) pour la 2e année consécutive. Le Finistère retrouve une évolution positive, proche de la moyenne régionale (+ 3,2 %), avec 4 781 créations. L’Ille-et-Vilaine enregistre la plus forte croissance (+ 6 %). Dans le Morbihan, la hausse est plus modérée (+ 2,1 %). En revanche, dans les Côtes-d’Armor, un léger recul des créations est de nouveau observé (- 0,4 %).

Moins de défaillances

Depuis 5 ans, le nombre de défaillances d’entreprises[1] en Finistère n’a cessé de diminuer, passant de 731[2] en 2012 à 538 en 2017 (- 26 %). En 2017, le département a connu la plus forte baisse de ces défaillances (- 7,7 %), contre – 3,2 % au niveau régional.

Le recul des défaillances d’entreprises et l’augmentation des créations ont pour conséquence un développement du parc d’établissements finistériens, en progression pour la 3e année consécutive. A fin 2017, avec près de 46 000 entreprises recensées par les fichiers des chambres économiques, il s’est accru de 3 %. La plupart des secteurs d’activités ont profité de cette croissance.
Le secteur des services reste, de très loin, le plus dynamique avec près de 1 000 unités supplémentaires. Les commerces poursuivent leur progression (+ 196), mais à un rythme moindre (+ 769 en 2016). Les activités industrielles et de la construction bénéficient d’une hausse par rapport à 2016 avec respectivement + 296 et + 268 établissements. Avec 6 564 exploitations en 2017, le secteur agricole enregistre un recul de 2,8 %, dans la tendance des années passées. Le bond du nombre d’installations aidées (135) ne suffit pas à compenser les arrêts.

[1] Procédures de redressement ou de liquidation judiciaire.

[2] Source : Altares.

Nombre d’établissements actifs par secteur d’activité en Finistère

Secteur d’activités20162017Evolution en %
2017/2016
Evolution en nombre
2017/2016
Agriculture6 7526 564– 3 %– 188
Pêche634630– 1 %– 4
Energie6266290 %+ 3
IAA380409+ 8 %+ 29
Autres industries2 4022 669+ 11 %+ 267
Construction6 2416 509+ 4 %+ 268
Commerce9 6759 871+ 2 %+ 196
Services17 68218 636+ 5 %+ 954
Total44 39245 917+ 3 %+ 1 525

Source : Cocef – Données au 31/12/2017.

Evolution du nombre d’établissements par secteur d’activités entre 2016 et 2017

 

Source : Cocef – Données au 31/12/2017.

Baisse du taux de chômage

En Bretagne, le taux de chômage passe de 8,6 % au 3e trimestre 2016 à 8,2 % au 3e trimestre 2017. Cette embellie se confirme pour la 2e année consécutive, signe d’une croissance renouée et d’un arrêt de la chute de compétitivité des entreprises. Cette amélioration est plus marquée qu’à l’échelle nationale (9,4 % ; – 0,3 point en un an). Le taux breton demeure l’un des plus faibles du pays (derrière les Pays de la Loire), du fait d’une tradition industrielle moins ancrée et d’une attractivité pour les seniors (dopant le secteur des services). Le Finistère jouit de cette belle dynamique. Établi à 8,5 %, il est inférieur désormais aux taux des Côtes d’Armor et du Morbihan. Porté par une métropole rennaise en essor et l’influence de la ligne à grande vitesse, l’Ille et Vilaine reste la moins impactée (7,3 %). Malgré un soubresaut au 3e trimestre 2017, la décrue devrait se poursuivre de façon plus lente sur les prochains trimestres, sous l’effet d’une diminution du nombre de contrats aidés.

 

Evolution du taux de chômage

2014201520162017
Finistère9,1 %9,4 %9,0 %8,5 %
Bretagne8,8 %9,0 %8,6 %8,2 %
France10,0 %10,1 %9,7 %9,4 %

Source: Insee – taux de chômage au 3e trimestre.

Evolution trimestrielle des taux de chômage (en %)

 

Source: Insee – février 2018.

L’éclaircie observée l’an passé en matière de demandes d’emplois[3] ne s’est pas poursuivie. La courbe est infléchie à la hausse (+ 1,2 % du nombre de demandeurs en variation annuelle). Cette tendance est toutefois moins prononcée que sur les autres départements bretons (+ 1,9 % en moyenne régionale, + 2,7 % en France). Les demandeurs d’emploi de « 50 ans et plus » subissent à nouveau le plus lourd tribu (+ 3,7 %), devant les jeunes de moins de 25 ans (+ 1,3 %), et la catégorie stable des « 25 à 49 ans » (+ 0,2 %). Signe positif, le nombre de demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) connaît une baisse significative (- 2,5 %). La progression de la part des chômeurs longue durée est enrayée (46,2 % ; – 0,1 point).

[3] Demandeurs d’emploi en catégories A, B et C.

Progression du nombre de demandeurs d’emploi* selon la classe d’âge

20132014201520162017
Moins de 25 ans11 12611 18011 25010 37010 530
25 à 49 ans40 65742 04044 66044 36044 420
50 ans ou plus14 36015 50017 06017 79018 420
Total66 14368 72072 97072 52073 370

*Catégories A,B,C.
Source: Pôle emploi-Dares, STMT. Traitements Dares

Climat des affaires fertile

L’emploi salarié privé finistérien surfe sur une croissance quasi généralisée (+ 1,8 % entre les 2e trimestres 2016 et 2017, contre + 2,5 % en Bretagne). L’intérim, variable d’ajustement en période de surcroît d’activité, a joué un rôle important (+ 21,3 %). Suite à une année 2016 en demi-teinte, la construction (+ 1,7 %) consolide ses effectifs. Seul l’emploi industriel est en recul (- 0,4 %) mais de façon atténuée par rapport à l’exercice précédent. Le secteur agricole enregistre également une évolution favorable (8 062 salariés[4] ; + 2,1 %).

[4] Équivalent temps plein – données MSA Armorique octobre 2017

Evolution de l’emploi salarié privé finistérien par secteur d’activité*

 

* Emploi salarié principalement marchand (hors agriculture, administration, santé, action sociale et particuliers employeurs).
Source: Insee – estimations d’emplois (données cvs) – février 2018.

Evolution du nombre d’emplois salariés par secteur d’activité*

2e trimestre 20163e trimestre 20164e trimestre 20161er trimestre 20172e trimestre 2017
Commerce40 82340 65140 69340 67340 991
Construction16 52016 54316 55616 63716 798
Industrie44 21844 13743 88543 95844 054
Intérim7 5418 3938 4238 8109 147
Autres services marchands75 47775 74475 89176 46876 901
Total184 579185 468185 448186 546187 891

* Emploi salarié principalement marchand (hors agriculture, administration, santé, action sociale et particuliers employeurs).
Source : Insee, estimations d’emploi (données CVS) – février 2018.

La note de conjoncture menée par la CRMA Bretagne[5] sur le 2nd semestre 2017 témoigne du frémissement du climat des affaires. Une progression des effectifs est relevée chez 15 % des chefs d’entreprises interrogés (+ 3 points par rapport au semestre précédent). Cette évolution est particulièrement sensible dans les secteurs du bâtiment (18 % de hausse, contre 8 % de baisse) et de l’alimentation, aux variations plus conséquentes (19 % de hausse, 14 % de baisse). 81 % des artisans sondés sont par ailleurs satisfaits de la santé de leur entreprise, et même un quart résolument optimistes quant à l’avenir proche de leur structure. L’enquête conjoncturelle menée par la CCI Bretagne[6] confirme ce net regain d’activité (recrutements opérés par 26 % des dirigeants questionnés au cours du second semestre, stabilité de mise pour 62 % du panel et baisse pour 12 %). Les perspectives à 6 mois confirment ce cycle positif. Une belle dynamique à l’export est par ailleurs enclenchée.

[5] Note de conjoncture de l’artisanat région Bretagne – janvier 2018 – n°2.

[6] Tableau de bord conjoncturel – janvier 2018 – n°25

Établissements actifs en Finistère

45917

Source : Cocef – Données au 31 décembre 2017.

+ 3.20 %

progression de la création d’entreprises en Finistère en 2017*

- 7.70 %

recul des défaillances d’entreprises en Finistère en 2017**

8.50 %

taux de chômage au 3e trimestre 2017*

*Source : Insee – février 2018.
**Source : Altares – février 2018.