Pêche

Maquereaux (c) CCIMBO Quimper

Année correcte

Avec des résultats en légers replis, compensés par une bonne dynamique commerciale, les criées finistériennes réalisent une année correcte. La concession de Cornouaille Port de pêche a été attribuée pour 8 ans à la délégation de Quimper de la CCI métropolitaine Bretagne ouest.

Les 34 criées françaises ont vu passer 199 682 tonnes de poisson en 2017, en recul de 1,9 %. Avec un bon prix moyen (3,36 €/kg) obtenu grâce à une demande soutenue, le chiffre d’affaires atteint 671 millions d’€ (- 0,8 %). Les criées finistériennes rejoignent la tendance nationale. Elles ont traité 53 107 tonnes de poisson en 2017, en repli de 2 %, pour un chiffre d’affaires de 172 millions d’€ (- 1 %). Le prix moyen s’est maintenu (+ 1 %).

Activité des criées du Finistère en 2017

VOLUMEVALEURPRIX MOYEN
(Tonnes)(Milliers d’€)(€/kg)
2017Évolution 2017/162017Évolution 2017/162017Évolution 2017/16
Roscoff5 535+4 %22 314+6 %4,03+1 %
Brest1 817+6 %8 690+4 %4,78-1 %
Cornouaille Port de pêche45 755-3 %140 585-2 %3,07+1 %
Finistère53 107-2 %171 589-1 %3,23+1 %

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Résultats des criées finistériennes depuis 2008

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Tonnages passés sous les criées finistériennes depuis 2008

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Dynamisme au nord

La criée de Brest a enregistré des résultats très satisfaisants avec une hausse des apports de 6 % (1 817 tonnes) et de la valeur de 4 % (8,6 millions d’€). 139 bateaux ont débarqué lotte, araignée, coquille Saint-Jacques, lieu jaune et praire. La surmortalité des coquilles Saint-Jacques pêchées dans la rade de Brest a affecté les résultats de la criée (159 tonnes en 2017 contre 464 tonnes en 2016).

Résultats positifs également pour le port de Roscoff qui lui permettent de pointer à la 11e place du classement des criées françaises selon Le Marin. La progression concerne les volumes (+ 4 % à 5 535 tonnes) et les valeurs (+ 6 % avec 22,3 millions d’€). La première espèce pêchée reste la lotte avec un chiffre d’affaires de 5,4 millions d’€ et un prix moyen oscillant entre 5,14 € et 5,48 €. 95 navires fréquentent la criée, majoritairement des fileyeurs et des côtiers.

Activité des criées de Brest et Roscoff en 2017

VOLUMEVALEURPRIX MOYEN
(Tonnes)(Milliers d’€)(€/kg)
2017Évolution2017Évolution 2017/162017Évolution 2017/16
Roscoff5 535+4 %22 314+6 %4,03+1 %
Brest1 817+6 %8 690+4 %4,78-1 %

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Léger repli en Cornouaille

Cornouaille Port de pêche comptabilise 45 755 tonnes de poisson passées sous criées en 2017, en recul de 3 % et un résultat de 140,5 millions d’€ (- 2 %). En termes de valeur, les 5 premières espèces pêchées sont la lotte, la langoustine du sud, la sardine, la cardine blonde et l’églefin blanc. Pour les volumes, on retrouve les 5 mêmes espèces, sardines en tête cette fois.

La flotte hauturière représente 51 % de la valeur et 48 % du tonnage. Ses résultats ont été impactés par le départ de 7 navires, de nombreux arrêts techniques (réparation ou refontes de navires) et l’application des quotas sur l’églefin. La baisse atteint 10 % pour les tonnages. Le prix moyen, en hausse de 2,5 %, limite la perte de chiffre d’affaires. La pêche à la bolinche (poissons bleus principalement) représente 30 % des tonnages de Cornouaille Port de pêche et 8 % du chiffre d’affaires. Elle a reculé de 3 % en volume et 8 % en valeur, en raison de la chute du cours de l’anchois. Une vente unique pour le poisson bleu a été mise en place en 2017. Elle a permis de limiter les variations entre les différents ports et de consolider le prix moyen sur l’ensemble des criées du Finistère sud. La pêche côtière représente 22 % du tonnage et 41 % de la valeur. Elle a maintenu ses tonnages et son prix moyen (6,13 €/kg) pour la troisième année consécutive. Les ports du Finistère sud se spécialisent. 1er port de Cornouaille (46,5 % des tonnages de Cornouaille port de pêche), Le Guilvinec est la place forte de la pêche hauturière (80 % de ses apports). Concarneau est plus particulièrement orienté vers la pêche côtière tandis que Loctudy conserve une mixité entre les navires hauturiers et côtiers. La pêche à la bolinche s’oriente vers Penmarc’h et Douarnenez. Audierne conserve les apports des ligneurs et fileyeurs qui lui apportent leurs poissons de ligne bien valorisés.

Activité de Cornouaille Port de pêche en 2017

VOLUMEVALEURPRIX MOYEN
(Tonnes)(Milliers d’€)(€/kg)
2017Évolution 2017/162017Évolution 2017/162017Évolution 2017/16
Cornouaille Port de pêche45 755-3 %140 585-2 %3,07+1 %
Douarnenez6 018+3 %6 200+6 %1,03+4 %
Audierne1 142+6 %6 962+5 %6,1-1 %
Penmarc’h9 314-4 %15 826-7 %1,7-3 %
Le Guilvinec19 152-1 %76 751+1 %4,01+2 %
Loctudy3 247-14 %12 965-9 %3,99+5 %
Concarneau6 882-7 %21 884-8 %3,18-1 %

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Progression du nombre d’acheteurs

Les places de marché finistériennes restent dynamiques. Elles totalisent plus de 370 acheteurs : 88 acheteurs inscrits à Roscoff, 81 à Brest et 205 pour les 6 criées du Finistère sud. Les apports réguliers, le niveau des prix et une place commerciale dynamiques favorisent la débarque de navires extérieurs. Ainsi, 1 000 tonnes de poisson ont été débarquées à la criée du Guilvinec par 38 navires (dont 13 étrangers).

Les achats à distance s’effectuent sur 57 % des lots en moyenne pour Cornouaille Port de Pêche, avec un taux qui atteint 98 % pour les apports spécifiques de la criée d’Audierne, sur 84 % pour Roscoff et sur 80 % pour Brest.

Part des achats à distance

Nombre d’acheteurs% vente à distance
Brest8180%
Roscoff8884%
Cornouaille port de pêche20557%

Source : CCIMBO – Mars 2018.

Concessions et travaux

La délégation de service public pour les 7 ports de pêche de Cornouaille a été accordée à la CCI métropolitaine Bretagne ouest – Quimper pour 8 ans (2018-2026). 28,6 millions d’€ d’investissements sont prévus sur la période parmi lesquels, pour l’ensemble des halles à marée, la modernisation du système de vente et le renouvellement de l’outillage de débarquements (treuils et grues). Le Guilvinec, Douarnenez et Concarneau feront également l’objet d’aménagements. La criée de Brest prévoit l’acquisition d’une ligne de tri automatisée et une machine à glace ainsi que l’achat de 1 000 bacs de criée et d’un véhicule pour ramasser la pêche dans les ports de la côte nord.

171.6 millions d’€

Chiffre d’affaires des criées finistériennes, en recul de 1 %

- 2.00 %

Baisse du volume des apports dans les criées finistériennes

Source : CCIMBO – Mars 2018.

La pêche en Finistère est représentée par

558 navires

2506 marins

Source : DDTM – Mars 2018.