Tourisme

Vue sur le phare de l’île Wrac’h

Crédit photo : Ronan Gladu.

Fréquentation en léger recul

Le nombre de nuitées touristiques a enregistré une baisse modérée, après une bonne année 2017. L’hôtellerie a été moins fréquentée par les touristes français. En revanche, la clientèle étrangère a été plus nombreuse, notamment dans les campings, qui affichent ainsi une belle progression de leur activité.

Avec 97,6 millions de nuitées1, la fréquentation de la Bretagne a légèrement reculé (- 2 %). Cette baisse a concerné l’ensemble des départements bretons. L’activité touristique du Morbihan, département le plus visité (un tiers des nuitées), a reculé de 2,4 %. Dans les Côtes-d’Armor et en Ille-et-Vilaine, le nombre de nuitées est en retrait respectivement de 2,2 % et de 1,6 %.

1 Source : Méthode des flux – Traitement BET F. Marchand – Février 2019.

Stabilité de la répartition départementale des nuitées touristiques

Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2019.

Bilan mitigé

Évolution mensuelle des nuitées en Finistère

Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2019.

Après une croissance de 2,6 % en 2017, la fréquentation du Finistère a baissé de 1,4 %, passant de 29,7 millions de nuitées à 29,3 millions.
Durant la période de hors-saison2, l’activité est en légère baisse (- 0,6 %), avec néanmoins de bons résultats au mois de novembre (+ 14,6 %).
L’avant-saison3 a attiré moins de touristes (- 1,7 %). En mai, les ponts, les week-ends prolongés et la météo clémente ont permis un niveau de fréquentation en hausse de 22 %. En avril (- 14,6 %) et en juin (- 6,8 %), l’attrait pour le Finistère a été moindre. Les vacances scolaires moins concentrées qu’en 2017 au mois d’avril et l’impact des mouvements sociaux expliquent en partie cette diminution du nombre de nuitées.
Le bilan de la période estivale est plutôt décevant, avec une activité en baisse de 1,6 %. La saison estivale a démarré plus tardivement que l’année précédente, en raison d’un calendrier scolaire tardif (fin des cours le 7 juillet) et de la Coupe du Monde de football. Ainsi, malgré la météo clémente et les deux étapes du Tour de France cycliste en Finistère (11 et 12 juillet), la fréquentation de juillet a diminué de 4,2 %. En août, le nombre de nuitées est stable (+ 0,2 %).
L’arrière-saison ensoleillée a permis une augmentation de la clientèle en septembre (+ 0,5 %).

2 Janvier à mars, et octobre à décembre.
3 Avril, mai, juin.

Moins de touristes français à l’hôtel

Évolution des nuitées dans l’hôtellerie finistérienne

Année 2017Année 2018Évolution annuelle 2018/2017Saison 2017*Saison 2018*Évolution saison 2018/2017
Touristes français1 614 1811 588 348– 1,6 %1 005 971983 502– 2,2 %
Touristes étrangers311 084322 022+ 3,5 %248 067249 718+ 0,7 %
TOTAL1 925 2651 910 370– 0,8 %1 254 0381 233 220– 1,7 %

Source : Enquête de fréquentation de l’hôtellerie / DGE / Insee Bretagne/Réseau Morgoat.
* Avril à septembre.

Durant la saison 20184, la fréquentation a reculé de 1,7 % dans les hôtels en Finistère. Le nombre de nuitées étrangères a progressé de 0,7 %. Les clients français ont été moins nombreux (- 2,2 %). Les hôtels des catégories de 1 à 3 étoiles ont été moins fréquentés (- 8,1 %) que les établissements de 4 à 5 étoiles (+ 8,7 %). Le taux d’occupation de l’hôtellerie finistérienne s’établit à 64,4 %. Il est en hausse de 0,6 point, en raison d’une baisse de l’offre de chambres (- 3,3 %). Parmi la clientèle étrangère, les Allemands (21 % des nuitées étrangères) conservent leur 1ère place, en progression de 1,2 %. La 2e clientèle, les Britanniques (18 %), a encore reculé (- 2,8 %), notamment du fait des incertitudes liées au Brexit et de la chute de la Livre. La clientèle espagnole, en 5e position, a enregistré une croissance du nombre de nuitées de 4,4 %.

4 Avril à septembre.

Soleil dans les campings

Évolution des nuitées dans l’hôtellerie de plein-air finistérienne

Saison 2017*Saison 2018*Évolution annuelle 2018/2017
Touristes français2 945 1203 021 125+2,6%
Touristes étrangers1 048 5681 230 711+17,4%
TOTAL3 993 6884 251 836+6,5%

Source : Enquête de fréquentation de l’hôtellerie de plein-air / DGE / Insee Bretagne/Réseau Morgoat.
* Avril à septembre.

Les campings ont connu une belle affluence durant la saison 2018. Le nombre total de nuitées a augmenté de 6,5 %. Les conditions météorologiques ont favorisé la venue des touristes durant la période estivale (+ 6,4 % en août), avec des températures plus supportables que dans plusieurs régions de France en situation de canicule. Les touristes étrangers (29 % des nuitées totales de l’hôtellerie de plein-air en Finistère) ont été plus nombreux (+ 17,4 %). Les trois premières clientèles restent les mêmes : les Britanniques (36 % des nuitées étrangères), les Allemands (24 %) et les Hollandais (22 %). Ces trois nationalités ont été plus présentes qu’en 2017, notamment les Hollandais (+ 26,3 %) et les Allemands (+ 24,6 %).
La clientèle française a également progressé, mais plus modérément (+ 2,6 %).
Les campings non classés ont eu plus de succès : + 13 % de nuitées, contre + 7,1 % pour les établissements de 3 à 5 étoiles, et + 2,8 % pour ceux classés en 1 et 2 étoiles. Le nombre de nuitées sur les emplacements nus a progressé de 10,4 % et pour les emplacements équipés5, cette évolution s’établit à + 3,1 %.

5 Mobil-home, chalets.

Peu de touristes « jeunes » en Bretagne

Seules 4 % des personnes se rendant en Bretagne pour leurs vacances sont âgées de 19 à 25 ans6.

D’après une enquête réalisée auprès de cette tranche de population en France et sur leur perception de la Bretagne , 46 % ne sont jamais venus en Bretagne7. Plus de la moitié de ces enquêtés connaissent « plutôt mal », voire « très mal » notre région. Les lieux les plus connus, cités par ces jeunes, sont Brest (1 845 citations), suivi de Rennes (1 240), Saint-Malo (1 194) et Quimper (1 005). Seuls 19 % ont une image négative de la Bretagne. Environ 40 % de ces jeunes n’envisagent pas de venir séjourner en Bretagne dans les deux prochaines années. Les principales raisons de leur non-venue sont : « la météo/le climat ne convient pas », « ils préfèrent aller ailleurs ». La Région Bretagne a pour ambition de développer ce marché. La Bretagne dispose d’atouts pour attirer des jeunes touristes telles que la richesse et la diversité de l’offre d’activités nautiques, notamment dans le Finistère, 1er département de la France métropolitaine pour son linéaire côtier.

6 Source : Reflet 2016 – Callson – Traitement et réalisation : CRT Bretagne.
7 Enquête réalisée par le CRT Bretagne fin 2017 auprès d’un échantillon de 6 000 jeunes représentatifs de la population française âgée de 18 à 27 ans.

29.3 millions

de nuitées enregistrées en 2018 en Finistère.

- 1.4 %

Baisse de la fréquentation touristique en 2018 en Finistère

Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2019.