Tourisme

BRESTOA

Succès de la destination Finistère

En 2017, la fréquentation touristique du Finistère retrouve une évolution positive. Les bons résultats de l’avant-saison ont largement contribué à cette progression. Les hôtels et les campings en ont bénéficié, avec davantage de clients français et étrangers.

En 2017, la Bretagne remonte d’une place et se positionne ainsi au 6e rang national en termes de fréquentation touristique[1], devant les Pays de la Loire. Son attractivité est en hausse (+ 3,2 %), fleuretant avec les 100 millions de nuitées. Le retour de la clientèle française a largement contribué à cette progression, boostée durant l’été par l’ouverture de la ligne TGV vers Paris, à partir de juillet. L’ensemble des départements bretons en ont profité. Le Morbihan, 1ère destination régionale (34,5 % des nuitées), a enregistré la plus forte croissance (+ 4 %). Dans les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine, le nombre de nuitées a augmenté respectivement de 3,6 % et 2,1 %.

[1] Nombre de nuitées dans les campings, hôtels et autres hébergements collectifs de tourisme d’avril à septembre – Source : Insee, en partenariat avec les CRT et la DGE.

Avant-saison favorable

Après le recul observé en 2016, l’activité touristique du Finistère renoue avec la croissance (+ 2,6 %). Le département retrouve un niveau de fréquentation proche de celui enregistré en 2015, supérieur aux résultats observés entre 2011 et 2014 : 29,7 millions de nuitées. La clientèle de hors-saison[2] a encore diminué (- 6 %), malgré un bon mois de novembre (+ 45 %). L’avant-saison[3] a été très satisfaisante, avec une progression de 20 %. Les week-end prolongés et la météo clémente ont contribué à cette réussite. Le bilan de la période estivale est plus mitigé, avec une évolution quasi-nulle (+ 0,3 %). La hausse de fréquentation du mois d’août (+ 2,8 %) a permis de compenser la perte de juillet (- 2,8 %). En septembre, l’activité est en recul de 3 %.

[2] Janvier à mars, et octobre à décembre.
[3] Avril, mai, juin.

 

Évolution de la fréquentation touristique en Finistère depuis 2014

2014201520162017Evolution 2017/2016
Millions de nuitées29,0329,7828,9729,702,6%

Source : Méthode des flux – Traitement BET F. MARCHAND – Février 2018.

 

Stabilité de la répartition départementale des nuitées touristiques

Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2018.

 

Évolution mensuelle des nuitées en Finistère

Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2018.

Progression pour les hôtels et les campings

Durant la saison 2017[4], la fréquentation de l’hôtellerie finistérienne s’est accrue de 5,9 %, avec 1,25 million de nuitées, contre + 4,9 % au niveau régional. Le taux d’occupation s’élève à 63,8 %, soit + 3,8 points. La clientèle française a encore augmenté (+ 5 %). Après un recul en 2016, les clients étrangers ont été plus nombreux (+ 9,4 %). La part de nuitées étrangères s’établit à près de 20 % (+ 0,6 point). Les Allemands (+ 18 %) prennent la 1ère place aux Britanniques (- 0,4 %). La baisse de pouvoir d’achat liée à la dépréciation de la livre explique en partie la diminution des nuitées britanniques. La part de la clientèle d’affaires est stable (37,7 %).

[4] Avril à septembre.

Evolution des nuitées dans l’hôtellerie finistérienne

Nuitées 2016Nuitées 2017Evolution 2017/2016
Saison*TotalSaison*TotalSaison*Total
Touristes français957 6561 557 9001 005 9711 614 1815,0%3,6%
Touristes étrangers226 652284 607248 067311 0849,4%9,3%
TOTAL1 184 3081 842 5071 254 0391 925 2655,9%4,5%

Source : Enquête de fréquentation hôtelière / DGE / INSEE Bretagne / Réseau MORGOAT Module Hôtellerie
*Avril à septembre

 

Côté campings, la croissance est de retour : après un recul de 6,5 % en 2016, le nombre de nuitées a progressé de 14 %, pour atteindre près de 4 millions. Cette hausse de fréquentation a surtout profité aux campings de plus de 2 étoiles (+ 19 %) et aux emplacements équipés (+ 20 %). Le taux d’occupation est stable (32,7 %). Après une baisse durant la saison précédente, la clientèle française a été plus présente (+ 19 %), de même que la clientèle étrangère (+ 3 %). Les principaux clients étrangers ont contribué à cette progression. Le Royaume-Uni conserve sa 1ère place, avec un nombre de nuitées retrouvant une évolution positive (+ 4 %). Les Allemands, en 2e position, ont également été plus nombreux (+ 11 %). En revanche, la clientèle hollandaise est en recul de 8 %.

Évolution des nuitées dans l’hôtellerie de plein-air finistérienne

Nuitées 2016*Nuitées 2017*Evolution 2017/2016
Touristes français2 470 9412 945 12019%
Touristes étrangers1 022 4291 048 5683%
TOTAL3 493 3703 993 68814%

Source : Enquête de fréquentation de l’hôtellerie de plein-air / DGE / Insee Bretagne.
*Mai à septembre

 

Hausse de la capacité d’accueil

Le Finistère dispose d’une capacité d’accueil de plus de 173 000 lits marchands[5]. Cette offre a progressé de 4 % par rapport à 2016, tirée vers le haut par les résidences de tourisme. Elle a diminué dans le pays de Cornouaille, en raison principalement d’un recul de l’hôtellerie de plein-air. Ce mode d’hébergement représente près de la moitié de l’offre marchande du département, en baisse depuis plusieurs années. Cette offre devient plus qualitative, avec moins d’emplacements nus et plus de mobil-homes, en réponse aux attentes des consommateurs et face à une concurrence croissante avec les autres modes d’hébergement. Cette situation a contribué à la diminution de l’hôtellerie de plein-air (campings non classés et municipaux, notamment).

[5] Hébergements classés, labellisés.

Le littoral plus convoité

L’enquête réalisée en 2016 par le CRT Bretagne[6] a permis de dresser le profil des touristes fréquentant le Finistère. Parmi les principaux enseignements, la clientèle française représente 82 % des nuitées, originaire pour plus de la moitié du nord ouest de la France et de la région parisienne. Les Britanniques sont les 1ers clients étrangers, suivis des Allemands et des Belges. 36 % sont des visiteurs réguliers. La dépense individuelle journalière moyenne s’élève à 46 €, pour un budget moyen de séjour de 1 150 €. Cela a généré des dépenses totales de 1,3 milliard d’euros en 2016. Les séjours sont réalisés principalement en cœur de saison (48 %), en zone littorale (85 %), dans des locations saisonnières et chez des parents ou amis. Au-delà des attaches à la région, les touristes sont attirés par le littoral, les spécialités locales, les festivals et les manifestations.

[6] Source : Reflet 2016 – Callson – Traitement et réalisation : CRT Bretagne.

Enquête Reflet 2016

29.7 millions

Nuitées enregistrées en 2017 en Finistère*

+ 2.6

Hausse de la fréquentation touristique en 2017 en Finistère*

46

Dépense moyenne journalière par touriste en Finistère**

*Source : BET F. Marchand – Méthode des flux – Février 2018.

**Source : Reflet 2016 – Callson – Traitement et réalisation : CRT Bretagne.